Newsletter

Pour recevoir en primeur nos infos fraîches et nos invitations.

Radio Goliard[s] fait sa Révolution !

Retour sur la Révolution française avec un débat autour du livre « Pour quoi faire la Révolution » publié aux éditions Agone dans la collection Passé-Présent du CVUH, avec :


Avec :

Le retour sur la Révolution ?

En première partie, un retour sur le livre, et sur les débats houleux qui ont secoué l’histoire de la Révolution française depuis la fin des années 70 (attention, les paroles des chansons sont placées en notes à la fin de l’article1).

La Révolution atlantique et les révolutions des peuples ?

En seconde partie, nous traverserons les mers pour replacer la Révolution dans un contexte plus large, à la fois temporel (le XVIIIe siècle) et surtout géographique, avec un détour par les Clash et les émeutes de Notting Hill en 19762.

Le rapport avec les sans-culottes je vous prie ?

Ecoutez, et vous verrez.

La Terreur. Au-delà de la légende noire.

Enfin, une dernière partie autour de la Terreur, trop souvent assimilée à la seule répression (qu’il n’est pas question néanmoins de contester) avec, en introduction, la chanson Maximilien, de Serge Reggiani (dans l’album Reggiani 893).

Au passage, nous nous sommes livrés à une petite analyse de cette image d’époque4.

La destruction de la statue équestre de Louis XIV place des Victoires, à Paris, le 13 août 1792.

… mais aussi des déclarations de Michel Onfray sur la question.

Pas mal votre affaire. Mais il nous faudrait une bibliographie.

Impatient va ! En attendant que je l’écrive, écoutez donc la musique de fin, Revolution action d’Atari Teenage Riot

Et voilà la biblio, avec de quoi assouvir votre curiosité après avoir lu Pour quoi faire la Révolution.

Sur le XVIIIe siècle :

  • COHEN Déborah, La nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (XVIIIe-XXIe siècle), Paris, Champs Vallon, 2010. L’auteur décrypte la vision du peuple par les élites.
  • NICOLAS Jean, La Rébellion française, Paris, Gallimard, 2008. Le XVIIIe siècle comme vous ne l’avez jamais lu, un siècle de révoltes, d’émeutes, et de longue maturation politique du peuple face aux élites nobiliaires

Sur la Révolution en générale :

  • BIARD Michel, BOURDIN Philippe, MARZAGALLI Silvia, 1789-1815, Révolution, Consulat, Empire, Paris, Belin, 2009. Un livre (qui fait partie de l’Histoire de France dirigée par Joël Cornette) qui propose une bonne synthèse de la question et une très riche iconographie.
  • DE BAECQUE Antoine, Pour ou contre la Révolution, Paris, Bayard éditions, 2002. Un impressionnant recueil de textes d’historiens, de philosophes et d’hommes politiques qui ont pendant deux cents ans livré leurs analyses de 89. Toutes les traditions intellectuelles y sont représentées, y compris les contre-révolutionnaires (comme Barruel, ou, plus récemment, Pierre Chaunu). Un petit pavé (1000 pages, pleine peau, de quoi assommer votre plombier) indispensable. Un seul petit regret. Le livre, pour les périodes les plus récentes, reste concentré sur l’espace franco-français. Par exemple, sur les commémorations de 89, on adjoindra avec plaisir le livre de KAPLAN Steven, Adieu 89, Paris, Fayard, 1993.
  • MARTIN Jean-Clément, La révolte brisée, Paris, Armand, Colin, 2008. La Révolution vue du côté des femmes et de la gender history. Nous n’avons hélas pas eu le temps d’en parler, d’autant qu’il s’agit, à mon avis, d’un des rares manques du livre Pour quoi faire la Révolution.

Sur la Terreur :

  • MARTIN Jean-Clément, La Terreur, part maudite de la Révolution, Paris, Gallimard, 2010. Un petit bouquin facile d’accès (dans la fameuse collection « Découvertes ») qui fait le tour de la question.
  • MAZEAU Guillaume, Le Bain de l’histoire. Charlotte Corday et l’attentat contre Marat (1793-2009), Paris, Champ Vallon, 2009. Le livre de notre invité sur son sujet de thèse. Voir aussi sa participation à la réaction contre les écrits de Michel Onfray sur la question, ROUDINESCO Elisabeth, Mais pourquoi tant de haine ?, Paris, Seuil, 2010, et aussi, son intervention à Caen à ce sujet.

Autre :

  • GUILABERT Thierry, Gracchus Babeuf. L’égalité ou la mort, Paris, les éditions libertaire, 2011. Pas incroyable (d’autant qu’elle est un peu romancée), mais une des rares biographies consacrées à ce personnage fascinant.
  • GUERIN, Daniel, Bourgeois et bras-nus… bientôt disponible aux éditions Libertalia. Une analyse de la révolution par un libertaire. Un point de vue intéressant et différent.
  1. Paroles du Tiers Etat, chant anonyme de 1789 :

    Si le clergé, si la noblesse, Mes chers amis,
    Ont pour nous si grande rudesse, Tant de mépris,
    Laissons-les tous en faire accroire, Prendre l’Etat,
    En attendant nous allons boire, Au Tiers Etat.
    Nous devons tout à la puissance, Respect, égards,
    D’où l’homme a-t-il pris sa naissance, C’est du hasard.
    Le premier qui se rendit maître, Fut un soldat.
    Il fut Roi… d’où tenait-il l’être ? Du Tiers Etat.
    Vous qui nous traitez de racaille Si poliment.
    Comme nous vous paierez la taille Très noblement.
    Vive le sauveur de la France. Necker vivat
    D’où ce héros tient-il naissance
    Du Tiers Etat…

  2. Paroles de White riot, chanson des Clash dans l’album éponyme (du même nom quoi) de 1977.

    White riot – I wanna riot
    White riot – a riot of my own
    White riot – I wanna riot
    White riot – a riot of my own

    Black people gotta lot a problems
    But they don’t mind throwing a brick
    White people go to school
    Where they teach you how to be thick

    An’ everybody’s doing
    Just what they’re told to
    An’ nobody wants
    To go to jail!

    White riot – I wanna riot
    White riot – a riot of my own
    White riot – I wanna riot
    White riot – a riot of my own

    All the power’s in the hands
    Of people rich enough to buy it
    While we walk the street
    Too chicken to even try it

    Everybody’s doing
    Just what they’re told to
    Nobody wants
    To go to jail!

    White riot – I wanna riot
    White riot – a riot of my own
    White riot – I wanna riot
    White riot – a riot of my own

    Are you taking over
    or are you taking orders ?
    Are you going backwards
    Or are you going forwards ?

  3. Et s’il était mort sur la croix,
    L’Etre suprême en qui je crois,
    S’il était le Père et le Fils ?…
    Si le bon Dieu des ci-devant
    Passait dans le soleil levant
    Quand le bourreau fait son office ?…
    … Et si les prêtres réfractaires
    Avaient, seuls, compris les mystères,
    Si c’était vrai, leurs oraisons ?…
    Le doute, le doute, parfois
    Est plus solide que la foi,
    Et si le doute avait raison ?…

    Ainsi pensait Maximilien
    Dans la charrette du silence,
    Avant que le couteau s’élance,
    Les mains non jointes sous les liens.

    Si l’enfant vertueux d’Arras
    Etait né de la même race
    Que Danton, son frèr’ corrompu ?…
    Si j’avais obéi à la
    Soif de pouvoir comme Attila
    En croyant fair’ ce que j’ai pu ?…
    Si la Commune et la Terreur
    Avaient été moins qu’une erreur,
    Un crime ou un péché d’orgueil ?…
    Et si les rois, les girondins
    Venaient fouler avec dédain
    Mon cimetière sans cercueil ?…

    Ainsi pensait Maximilien
    Un instant avant le silence,
    Avant que le couteau s’élance,
    Les mains non jointes sous les liens…

    … Et si le peuple souverain,
    Le peuple pur au coeœur d’airain,
    N’était pas ce que dit Rousseau ?
    Et si mon âme se trompait,
    S’il y avait des petits Capet
    Dans les ruelles et les ruisseaux ?…
    Si la colère et la vertu
    Qui m’ont conduit et qui me tuent
    N’étaient pas de l’humanité ?…
    Si à l’heure où la vie défile,
    J’apercevais Fouquier-Tinville
    Me reprochant mes vérités ?…

    Ainsi pensait Maximilien
    Un soupir avant le silence,
    Avant que le couteau s’élance,
    Les mains non jointes sous les liens.

  4. Source de l’image : Jacques-Antoine Dulaure, Esquisses historiques des principaux événements de la révolution, v. 2, Paris, Baudouin frères, 1823. Dessiné et gravé par : Couché fils. Terminé par : Le Jeune

2 réponses à Radio Goliard[s] fait sa Révolution !