Newsletter

Pour recevoir en primeur nos infos fraîches et nos invitations.

J.R.R. Tolkien : un Moyen Âge contre la Grande Guerre

IMAGE 1 – T. Nasmith, The Fall of Gondolin, 1998 (?).

IMAGE 1 – T. Nasmith, The Fall of Gondolin, 1998 (?).

Comme nous l’avons vu dans Histoire et Images médiévales #57, lors de la Première Guerre mondiale, le Moyen âge lui aussi a été mobilisé dans tous les camps, notamment à des fins de propagande. Loin d’entrer de pareilles considérations, J.R.R. Tolkien, le futur écrivain du Seigneur des Anneaux (1954-1955), utilisa le médiévalisme comme un instrument de critique des horreurs de la guerre moderne.

Avant la guerre Tolkien, jeune étudiant, s’est intéressé au concept de la Faërie, terme polysémique désignant des lieux, des temps, des valeurs traditionnelles qui auraient été peu à peu étouffés par les sociétés humaines et industrielles. S’y plonger, redonner corps aux légendes des fées, tenter de mettre en forme une « sous-création », constituait pour Tolkien un moyen de retrouver un peu de vérité divine perdue avec la victoire de la modernité. En ce sens, le futur écrivain avait l’ambition d’opérer une réforme morale de la société anglaise. Lui et ses amis constituèrent en 1911 un petit club informel au sein de leur école, le TCBS (Tea Club and Barrovian Society). Ils pensaient « avoir reçu une étincelle (…) qui était destinée à faire jaillir une nouvelle lumière, ou, ce qui revient au même, à faire jaillir à nouveau une ancienne lumière en ce monde. »

Lire la suite sur le site de nos amis du magazine Histoire et Images médiévales

Les commentaires sont fermés.