Newsletter

Pour recevoir en primeur nos infos fraîches et nos invitations.

Nouveaux événements

Il n'y a pas d'événements à venir

Voir le calendrier

Le trône de cerf, ou l’histoire des animaux derrière Game of Thrones.

Ces animaux qui nous gouvernent.

Ce soir, comme tout le monde, j’ai téléch… euh, non, je recommence. Ce soir, comme tout le monde, j’ai regardé le nouvel épisode de Game of Thrones [GoT]. Et je me suis dit dit…

… non, non, non. Je sais ce que vous allez écrire. « Je me suis dit que ca serait drôle d’en faire la critique historique… » et vous allez nous dire que c’est naze, qu’il y a plein d’erreurs, que le dragon n’est pas de la bonne couleur. Moi, j’aime GoT. Alors lâchez-nous la grappe à la fin.

Prenez un chewing gum Emile. Je n’allais pas dire du mal de GoT. Au contraire, j’adore bien cette série (et regardez les gens). Nous, je voulais juste faire un pari avec vous.

Ah ouais. Lequel ?

Vous causez d’histoire en partant de GoT.

Mouais. J’écoute.

Bon, commençons par la base. Georges R.R. Martin1, pour créer son univers romanesque, est allé entre autre piocher dans l’histoire anglaise. Pour la situation politique, il s’est inspiré de la guerre des Deux-Roses (XVe siècle)2. Pour le mur (The Wall), Martin a pris pour modèle le mur d’Hadrien (construit au IIe siècle) et les ordres militaires (templiers en tête) pour la garde de nuit (Night’s watch). Mais c’est surtout cette scène hallucinante qui nous a interpellé, comme on dit :

Attendez que je me souvienne. C’est Tywin Lannister, le chef d’une des plus grandes maisons de la série. Drôle de scène. Le cerf est aussi l’emblème de la famille régnante Baratheon, contre laquelle il se bat. C’est une sorte de métaphore. Tywin découpe le cerf comme s’il s’amusait à découper le roi Robert lui-même.

Oui, c’est ça. En fait, dans la série, toutes les grandes familles sont liées à un animal. Le loup pour les Stark, le lion pour les Lannister, le cerf pour les Baratheon, (et le cheval pour les Dothraki, que nous mettons à part). L’animal-emblème figure non seulement sur leur blason, est non seulement un symbole3, mais il peut être parfois un compagnon. Par exemple, au début de la série, les enfants de Borom… pardon, de Ned Stark héritent tous d’un loup avec lequel ils entretiendront, par la suite, un lien fort, une quasi-empathie. D’ailleurs, les images des animaux sont partout, y compris dans le générique où la représentation du combat entre les animaux-emblèmes est une allégorie de la guerre entre les grandes maisons.

Game of Thrones Générique

Le lion des Lannister, le cerf des Baratheon et le loup des Stark à l’assaut du dragon des Targaryen.

Ça, ça n’existait pas au Moyen âge.

Et pourtant si. Regardez cette enluminure exécutée en 1408.

Le loup armagnac tué par le lion bourguignon – Vienne, Osterreischische Nationalbibliothek

Ici, il s’agit pour le duc de Bourgogne Jean sans Peur (représenté par le lion) de justifier par cette image l’assassinat du duc Louis d’Orléans (grimé en loup), accusé d’avoir voulu accaparer le royaume de France (représenté par la couronne et la tente fleurdelisée) en profitant la folie de Charles VI4. Comme vous pouvez le constater, l’animal emblème est une représentation courante au Moyen âge, notamment sur les blasons. Le lion pour les ducs de Bourgogne et pour les rois d’Angleterre, l’aigle pour les empereurs germaniques, mais aussi le cerf pour les rois de France.

Attendez. Je croyais que c’était la fleur de lys le symbole des rois de France ? Et puis, de toute façon, c’est symbolique tout ça. Au Moyen âge, il n’y avait aucun animal sauvage dompté par les rois.

Houla, pas trop de questions à la fois. Je ne me suis pas encore remis de ma soirée de samedi… vous disiez (et pas trop fort s’il vous plaît) ?

… le cerf et les fleurs de lys.

Ah oui. Les rois n’avaient pas qu’un seul emblème 5. Le cerf volant a été l’un d’eux. Il est apparu au début du règne de Charles VI (fin XIVe siècle). Les rois Valois étaient censés être de grands chasseurs et dompteurs de cerfs. C’est une longue histoire sur laquelle je ne m’étends pas, d’autant que nous avons fait une causerie à ce sujet.

Le cerf, emblème des Baratheon dans l’épisode 6 de Game of Thrones.

Le cerf volant des rois de France Valois par Jean Fouquet, dans « Des cas des nobles hommes et femmes » de Boccace

Quant à l’absence d’animaux sauvages domptés, détrompez-vous. La plupart des rois au Moyen âge possédaient des ménageries dans lesquelles vivaient des animaux hors norme (des ours blancs, des éléphants, des lions bien sûr). Exemple parmi tant d’autres. Dans son Histoire de la nature des oiseaux, publiée en 1555, Pierre Belon raconte que François Ier dormait parfois avec un lion au pied de son lit 6

La vache ? C’était hyper-dangereux ?

Oui… enfin il faut se méfier. Peut-être est-ce une histoire un peu exagérée par un auteur qui admirait le « roi-chevalier ». Mais elle est significative. Il était courant de penser que les rois médiévaux entretenaient des relations extraordinaires avec des animaux hors du commun. En effet, jusqu’au XVIIIe siècle, on ne faisait pas une nette séparation entre les humains et les animaux. On pensait que ces derniers s’organisaient de la même manière que la société des hommes. Ils avaient leurs rois (l’aigle pour les oiseaux, le dauphin pour les poissons 7), leurs seigneurs. Un noble ainsi ne pouvait idéalement entretenir une relation qu’avec un animal noble, et le vilain, le paysan, « l’ignoble » qu’avec des animaux « ignobles » (le cochon par exemple). Derrière cela, il y avait deux idées :

  • entretenir une relation privilégiée avec un animal aristocratique était une preuve de noblesse. Certains membres de l’élite calquaient leur comportement sur celui de leur animal-emblème 8.
  • cette relation passait par une sorte de consentement de l’animal. L’animal était un véritable acteur, et n’était pas perçu comme un objet passif. En forçant un peu le trait, on pourrait dire que François Ier considère le lion assoupi à ses pieds comme un prince vassal, ne gouvernant non pas une région, mais des animaux.

Ce sont des caractéristiques que l’on retrouve beaucoup dans les liens qui unissent les enfants Stark avec leurs loups.

Bon, d’accord. Georges R. R. Martin n’a rien inventé alors.

Si, quand même. Il a écrit de sacrés romans. Mais il est toujours intéressant de voir que tous les auteurs de fantasy (Tolkien en tête) sont allé puiser leurs idées dans l’histoire.

Oui, mais le symbole de la famille Greyjoy, vous ne le trouverez pas dans une vieille chronique !

Quoi. La seiche ? Pas que je sache. Mais je ne sais pas tout (encore heureux). Et puis, vous seriez surpris parfois des animaux qui ont servi de blasons, d’emblème. Par exemple, Louis d’Orléans (oui, celui qui sera assassiné par Jean sans Peur) va prendre pour emblème le porc-épic.

Gnééé ?

Une longue histoire. Mais je vous rassure, je n’ai trouvé aucun texte faisant mention d’un porc-épic dormant sous la même couette que lui.

William Blanc

Pour la bibliographie : rendez-vous sur la page suivante.

Cette article a été publié, dans une version approfondie et mise à jour, par le magazine Histoire et Images médiévales n°45 de juillet-août 2012, toujours disponible à l’adresse suivante : www.histoire-images-medievales.com.

  1. Dont il faut au passage conseiller, en plus de la série de roman du Trône de fer, l’excellent roman Armageddon Rag
  2. Conflit dynastique entre les Lancastre et les York qui a ensanglanté l’île à la fin du XVe siècle, au point d’être à l’origine de la bataille la plus meurtrière qu’ait connu l’Angleterre : Towton (28 000 morts en une seule journée, soit environ 1% de la population de l’époque. À titre de comparaison, la bataille de Waterloo ne causera que 2000 morts et disparus du côté anglais.)
  3. Mais aussi un animal « exemplaire ». Tywin n’explique-t-il pas à son fils qu’un lion ne se soucie nullement des moutons » Le lion est l’animal noble par excellence. Son comportement doit guider les actes de l’aristocrate dont il est l’emblème.
  4. L’enluminure servait d’introduction à un texte défendant l’acte du duc de Bourgogne. Écrit en mars 1408, quelques mois après l’assassinat, il commence par un poème explicatif disant : « Par la force le lou (le loup) rompt et tire / A ses dents et gris (griffes) la couronne, / Et le lyon par tres grand ire (colère) / De la pate grant coup luy done. » Texte et image publiés dans Boris Bove, Le temps de la guerre de Cent Ans, Paris, Belin, 2009.
  5. Pour faire une comparaison grossière, la France aujourd’hui est symbolisée par le drapeau tricolore et par le coq – entre autres –
  6. Cité par Éric Baratay et Élisabeth Hardouin-Fugier dans Zoos. Histoire des jardins zoologiques en Occident (XVIe-XXe siècle). Le passage de Belon (page 191 de son ouvrage) est à ce titre très intéressant (traduit par nos soins du français contemporain) : François Ier  « l’incomparable dompteur de toutes substances animées (…) comme nous tenons quelque petit chien pour compagnie, que nous faisons coucher sur les pieds de notre lit par plaisir, celui-ci (François Ier) avait de la même manière quelques lions, onces (Grand félin d’Asie centrale – NdR) ou autre bête fière, qui festoyaient comme n’importe quel animal dans une maison de paysan. » Ici, les « bêtes fières » sont domptées par le roi, comme un paysan dompte un petit chien.
  7. Oui, le dauphin était considéré comme un poisson à l’époque, pas comme un mammifère
  8. Voir note 2.

9 réponses à Le trône de cerf, ou l’histoire des animaux derrière Game of Thrones.

  • Merci pour ces quelques relations interéssante entre le Trone de Fer et l’histoire :)

    Pour le symbolysme des animaux dans la saga, il est assez présent, un des symbole fort est d’ailleurs le « dire-wolf » retrouvé mort, au début du roman, avec des andouillers lui perçant la gorge.

    • goliard dit :

      Merci pour ce commentaire… oui, cette série est non seulement passionnante, mais elle permet en plus d’explorer (par rebond) l’histoire du Moyen âge… je me replonge dans les livres (je les avait lu il y a un paquet d’années). D’ailleurs, c’est bizarre mais je ne trouve pas l’épisode du dépeçage du cerf par Tywin Lannister dans les romans (pourtant, dans mes souvenirs, cela y était).

  • Zarma dit :

    Petit détail : l’emblème des Greyjoy n’est pas la seiche mais le kraken en VO, ce qui en fait un animal quand même plus impressionnant! Dans le genre plus simple, il y a la seiche Tully (la famille de Catlyn Stark) mais l’aigle existe aussi (les Arryn du Val) dans GoT. Bref, tout ça pour dire que l’héraldique a été assez poussé par Georges Martin et les personnages font souvent référence aux chevaliers directement par leur emblème.

    • goliard dit :

      Merci pour ces précisions… en effet, un kraken, cela a plus de tronche qu’une seiche… votre dernière phrase est très intéressante et se rapproche un peu de ce que nous pensons (l’animal = le noble)…

    • Tsk tsk stk dit :

      @ zarma : « il y a la seiche Tully (la famille de Catlyn Stark) « .
      Que non pas.

      Chez les Tully, il y a une_ truite_. Que l’on peut rapprocher du blason « d’azur semé de croisettes d’or et aux deux bars d’or » (= celui du du duché de… Bar).

  • Anne Onyme dit :

    Très bon article, bien documenté, mais qui omet une des sources de GRRM pour son cycle, à savoir « Les rois maudits » de Druon : http://grrm.livejournal.com/2009/04/17/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>